[Dans la presse aujourd’hui] Pour une alimentation accessible à toutes et tous

Dans quelques semaines, la première halle alimentaire en circuit court verra le jour à Paris. C’est l’un de nos engagements de campagne en 2014. Aujourd’hui c’est une politique publique inédite qui est menée par notre ville. Le Conseil de Paris a adopté sur proposition du groupe communiste-front de gauche le dispositif dit des « 4 saisons solidaires » visant à promouvoir une alimentation saine, de qualité, accessible à toutes et à tous et issue de l’agriculture paysanne et biologique en circuit court.

 

Ce projet trouve sa source dans deux actions militantes.

D’abord, la vente solidaire annuelle de fruits et légumes place de la Bastille par les militants communistes et les membres du syndicat agricole des exploitants familiaux (MODEF). Cette solidarité entre Paris et les zones rurales est hautement symbolique car plus d’un français sur dix vit dans un foyer en situation d’insécurité alimentaire. Les marges exorbitantes asphyxient les producteurs et condamnent les consommateurs à payer un prix élevé pour des produits à la qualité incertaine, issus d’une agriculture intensive peu soucieuse de l’environnement. Un autre système de distribution alimentaire est possible : les producteurs agricoles peuvent être rémunérés au juste prix tout en proposant des prix abordables pour les consommateurs.

 

Par ailleurs, la mobilisation de parisiennes et de parisiens contre l’installation de supérettes filiales de grandes enseignes de distribution et plus largement contre la prolifération de ce type de commerce nous avait permis de proposer l’installation d’une Halle Alimentaire et de l’appuyer sur une structure d’économie sociale et solidaire.

 

Aujourd’hui, l’urgence écologique nous oblige à retisser des liens entre les territoires urbains et ruraux.

 

Pour cela, il faut recréer un système de distribution alimentaire pensé et appréhendé dans son ensemble. Les circuits courts, par la proximité producteur-consommateur et la suppression d’un maximum d’intermédiaires, permettront mécaniquement de ne pas faire peser sur le consommateur une charge trop lourde et d’assurer une consommation bien respectueuse de l’environnement. Réduire les distances transports est incontournable dans une ville où 95% des livraisons de marchandises s’effectuent en camion. À ce titre, les circuits courts représentent un progrès à la fois environnemental et social.

Plusieurs études ont démontré que les habitants des quartiers populaires étaient plus frappés par l’insécurité alimentaire. Ce chiffre avoisine même les 15% à Paris. L’alimentation est liée au niveau de revenu, au lieu de vie, au niveau d’instruction, et participe à l’aggravation des inégalités sociales.

 

Les Halles alimentaires seront des lieux d’accompagnement pédagogique auprès des enfants et des familles. Par ailleurs la traçabilité des produits est incontournable : qu’il s’agisse de leur provenance, des produits utilisés, de la juste répartition du prix, tout sera indiqué. Le consommateur saura quelle somme reviendra aux producteurs et tous les fruits et légumes seront de saisons.

 

Cette innovation locale à l’échelle de Paris, peut être prolongée au niveau national. Nous proposons une loi qui favorise ce nécessaire retour à une consommation responsable. Une des premières mesures sera d’insérer dans les marchés publics de commandes alimentaires une clause imposant le recours aux circuits courts et à l’économie sociale et solidaire.